Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/105/sdb/e/3/jm69/four/index.php:4) in /mnt/105/sdb/e/3/jm69/four/index.php on line 23
Hello, décidément, les fours terre paille se réveillent en aout

Le four à pain « famillial » en terre-paille de Jean-Marie.

En bref : four à bois en terre-paille, de 1m de diamètre extérieur , soit env. 60 cm intérieur, pour 3 ou 4 kg de pain par fournée ; facile à construire, un peu long, et quasi-gratuit.

 

J'ai suivi la fiche de Nicolas Moussu (http://www.onpeutlefaire.com/ilslontfait/ilof-four-a-pain-en-terre-crue.php) autant que possible, avec quelques variantes... (Sole en briques, forme de la bouche différente et support en bois sur roues).

 

Bravo Nicolas, formidable guide, surtout quand on n'en a jamais fait et qu'on n'est pas maçon !

 
Il n’est donc pas question ici de reprendre ce qui y figure, mais plutôt d’ajouter « ma touche perso ».

 

Cliquez les photos pour les agrandir.

 

Tout d'abord, trouver l'argile :

Pas facile, j'ai "creusé" un peu partout (marchands de matériel de poterie, de matériaux, spéléo-clubs, paysans du coin...) avant de tomber sur les travaux d'adduction d'eau, dans ma rue.... hop, un coup de godet de 60, que le monsieur a gentiment sorti du fond de la tranchée, et posé devant la maison (il y en avait donc probablement dans mon jardin, mais assez profond)... Facile, rapide et gratuit, sans cailloux ni terre végétale. J'en ai repris plus tard sur un autre chantier, qq sacs plastiques.

 
Les tests cuisson :

J'ai trouvé un revendeur de mat. poterie qui a bien voulu m'en faire cuire une briquette, pour la tester : ok, simple et garanti. Je lui ai acheté 25 kg de chamotte, pour la première couche (terre-sable) de la voûte.
 
Le support :

J'ai suivi les plans, chevrons + lattes de palette + clous (de palette !).

La paille :

Récupérée par terre dans la cour du centre équestre voisin (il en faut un paquet...un peu plus d'une R19, sièges arr. rabattus). Merci Mado.

Le tamisage de l'argile :

Le plus long, fait au fur et à mesure.

Le plus simple tamis : un cageot plastique, à gros trous (env. 1 cm2), à secouer au dessus de la brouette... pas besoin du tamis plus fin, c'est bcp trop long. Il faut briser les mottes, les humecter pour faciliter la chose. C'est long, et ca fait mal aux mains !
 

 

 

Mélange terre-paille :

A la main, dans la brouette, au fur et à mesure ; je n'ai pas travaillé de longues périodes (un jour ou un week end à la fois qd même), donc pas trop dur. Finalement, la bétonnière ne m'apparaît pas indispensable pour ces quantités, à ce rythme.
Le mélange terre-eau est agréable à travailler avec les mains.  

La sole :

Je suis passé direct aux briques réfractaires ! Avec du ciment réfractaire, oui, j'ai péché. Mais maintenant je suis content de pouvoir racler la sole sans crainte.



Le support :

Voulant éviter de poser définitivement mon four à UNE place, et aussi pour éviter une cheminée, permettre l'utilisation à différents endroits hiver/été, m'approcher de la cuisine sans squatter 24/24 sa terrasse, orienter la bouche par rapport au vent… avec même l'utopie de le rentrer dans la maison en hiver, après le feu (Rêver est toujours permis ? Un rêve « de poids ») ; ou tout simplement en cas de déménagement, j'ai donc fait un piètement en bois, en me disant que les roues, "eh ben, on verra plus tard" (donc v. plus bas).

Test de résistance du support bois : 200 litres d'eau sur la sole + 25kg de chamotte, plus facile et moins risqué (?) que de monter dessus à 3 !

Et une jolie plaque de bois derrière, pour stabiliser le "croisillon". Merci à mes innombrables beaufs (il en fallait !) pour leur aide musclée, au montage de la base sur le support.

 

La Porte :

En bois massif, elle a d’abord a servi au moulage de l'entrée. Largeur 32 cm. Regret : ne pas avoir bâti l'entrée (càd le dessus de la porte) avec des briques réfractaires, bcp moins fragiles que la terre/sable.

Attention, étant donnée la forme conique de la porte, elle reste bloquée si on la laisse longtemps (une nuit) pdt que le four refroidit !

 

 

La motte/moule :

En terre (végétale) : l'erreur ! Même couverte de papier, galère à enlever ensuite ; j'ai regretté de n'avoir pas eu assez de sable sous la main...

 

On peut voir sur la photo la porte (en bois épais), prise en sandwich entre la forme de la voûte, et celle de ce qui sera l'entrée.

 

 

La voûte :

Je n'ai utilisé que peu de sable (en partie un sac de chez Leroy, 30 kg je crois), mais aussi 25 kg de chamotte, mélangés à l'argile, pour la couche interne de la voûte seulement (voir le plan de départ, lien en début de document).

Comme ça commençait à faire un peu de la « brioche » (je sais de quoi je parle), j’ai du ajouter une sangle abdominale… le temps du séchage.
 

 


Couches successives :

A peu près comme sur le plan de N. Moussu. : terre/sable,

puis Terre/Paille puis Paille/Terre, mélanges pifomaîtrisés.

Pas encore crépi ni enduit. Si qqu'un connaît les techniques de crépi nord-africaines ("à base de talc" ??), je suis preneur.

Le prix des éléments :

J'en  oublie certainement, en voici les principaux :

25kg de chamotte : env. 25€

30 kg de sable : ?

12 briques refractaires : env 30€

Argile, paille : gratis

Bois de palettes : gratis

Support Bois : chevron de 63x72mm : ?€

Tige filetée, + divers boulons et vis : env 20€ (merci Leroy & Casto ! pour trois bouts de ferraille…)

Plancher ép. 23mm, 68cm x 80 env.

4 roulettes pivotantes : 9€ pièce.

2 roues fort diamètre, charge 250 kg : 12€  (3000 réf. De roues chez ManuRou, Chassieu (69) : bravo !)

 

Si qq’un connaît un site web qui recense les revendeurs de mat. de bricolage hors LM & Casto, c'est-à-dire « un peu » moins chers, je prends ! je veux bien y ajouter mes quelques adresses.

Le séchage :

Dehors, à l'abri et à l'ombre avant 19h (et même sous bâche les premiers soirs), 5 semaines entre juin-juillet 2006, canicule comprise.

 

La pré-chauffe :

Les premières pré-chauffes se passent bien, seulement des petits feux pendant 10 jours (au-delà des 5 semaines), 2 x par jour. Un vrai gamin devant son joujou tout neuf, aux dires des enfants !

Les roues :

J'y suis, donc, mais d’abord,  glisser deux balances pèse personne sous DEUX des 4 pieds => env. 70kg /balance ; j'estime donc la charge à 300kg (cendre de la préchauffe comprise ;-).

 

Un plateau de bois (lattes plancher ép. 23 mm, collées  vissées sur de la planche de 20 mm.

 

Les 4 roulettes pivotantes de Leroy Merlin à 9 euros pièce (arrrghhl !!) devaient supporter 100 kg chacune, placées sous le plateau de bois. Ca a été "un peu" juste pour rouler sur les dalles gravillonnées, et surtout pour les faire pivoter…

 

Donc ajout de DEUX roues fixes de diam. 30cm, bandage plein et roulements à rouleaux, sur un axe (tube acier) fixé au milieu du plateau, pour pivoter dessus. Ca va nettement mieux (fournisseur : ManuRou, à Chassieu (69)).

 

Les six roues portent (le bois est souple), les grosses bcp plus, et ça pivote sur place nickel. Donc aller-retour facile de la terrasse couverte (au repos) à la terrasse ouverte (pour la fumée, et près de la cuisine), orientation au vent au degré près… et retour à couvert à la première pluie !

 

 

Je n’ai pas encore vu de four à roulettes sur le web. « Prems » ?

 

Le levage :

300kg, disais-je…

Le cric roulant est un peu (plus) dangereux, il faut qu'il avance en levant. Donc choix des autres crics du voisin, un hydraulique droit (à piston) debout sur un moellon (à gauche sur la photo), plus deux sortes d'étais à vis (outils de bâtiment ?), quelques planches et un brin d’inconscience pour rester dessous.

 

 

 

 

Les outils :

Les pelles : en contre plaqué, une large taille pizza, l’autre étroite (pain long), c'est pas recommandé (savais pas), à cause de la colle pas trop alimentaire...Faudra voir en vrai bois.

Pour l'anecdote, mes premières pizzas sont restées collées dessus comme c'est pas permis !! = garniture sur la sole, mais pas la pâte. Et il paraît que c'est pire avec l'inox !! J Fallait enfariner un max !

 

Un tube d’acier : pour souffler sur les braises : attention à ne pas inspirer au travers !!

La balayette coco : toute simple, manche rallongé en bois.

Un manche avec chiffon tout simple aussi.

 

Et le super-racloir : ci-contre ; je me suis bien amusé à le faire « à géométrie variable », pour aller dans les coins ! Et ça marche... Le four est petit (int. 60cm) c’est bien pratique. La petite tringle est manoeuvrable depuis le bout du manche (en bois, aïe  aïe aïe), avec un doigt…

 

Peut être un peu mince comme métal, on verra vite à l'usure, mais vachement bien pour pousser les braises/bûches à droite ET à gauche !

Le bois (de chauffe) :

Du  Catalpa abattu dans la rue et récupéré pour le barbec. il y a cinq ans : il est assez sec ! Plus diverses coupes d'arbustes, saule pleureur, bouleau et brindilles, allumées par de l'hortensia taillé cet hiver : ca démarre super.

Premières vraies chauffes :

La voûte ne blanchit pas vraiment, mais elle passe bien de noir à couleur terre : c'est impressionnant ! Tout aussi impressionnant une bûchette qui s'enflamme brusquement, sans crier gare : ce doit être la forte température intérieure. Idem en fin de chauffe, les morceaux carbonisés restés au fond, prennent feu très vite qd on les ramène au milieu.

 

 

 

Premières vraies fissures…

A gauche de la sole :                         

1ère hypothèse : défaut de conception, la sole est de la meme largeur que la porte = rupture ?

2ème hypothèse : le plateau bois est "souple" (on le serait aussi avec 300 kg sur le dos…).

2me hypothèse suite : + les secousses des promenades sur roulettes…

3me hypothèse : les dernières préchauffes ont été trop faibles par rapport à la première vraie chauffe.

Au dessus à gauche, au dessus de la bouche :  = raisons idem ci-dessus, + surchauffe d'une partie assez peu épaisse.

Au bout de qq mois, la fissure du haut est bien ouverte en chauffe, et se referme en refroidissant - rien de dramatique.

 

 

 

Premières Fournées :

Les pizzas sont fameuses (pas les ratées, les premières "bonnes" !!), mais puisqu'on garde des braises de part et d'autre, 60cm ca fait vraiment juste pour que la pizza ne touche pas aux braises. Les Pizza-parties sont bien sympa, j'arrive à "tenir" la candence avec une vingtaine de convives, mais je ne les vois pas bcp... Le mieux étant des les faire passer au four à touer de rôle, ce qui est bien agréable.

 

Pas pu résister longtemps….miam miam.

 

 

 

 


Enlever les braises avec le super-racloir, et on doit pouvoir « barbecuer » avec.

Laisser tomber la température en fermant la porte, test de la température en jetant une pincée de farine sur la sole, ou avec un thermomètre infra-rouges.

2 premiers kg de pain :

Cuits un peu trop vite (trop fort), excellents tout de même.

Il aurait fallu que le four soit utilisé à sa capacité nominale, càd 3 ou 4 kg. Mais j’ai tellement « tiré » de la pâte pour les pizzas !

Apres deux ou trois fournées d'essai à 4 kg, la croûte pourrait etre plus cuite... Il faudra probablement chauffer davantage (voute blanche partout, c'est pas évident) ; le four n'est pas très  lourd, puisqu'il faut qu'il roule, c'est sans doute un de ses défauts.

Ceci dit, la voûte est incomparablement plus efficace en cuisson que mon four electro-nucléaire de maque "Sauter". Le pain lève mieux, bien plus régulièrement que lorsque je mets 2 plaques une au dessus de l'autre ds le four de cuisine.

 

 Détail : suite à quelques journées passées chez plusieurs Boulangers Bio qui font un boulot formidable (L'ami du pain, à Jarnioux (69), La Graine Ô Pain (Cottance, (69) et le Gaec de Malatrait (St Georges d'Espéranches (38)),  je fais mon pain à la main ! Et au levain, besoin de pétrir moins longtemps... Bref, rien ne vaut une bonne petite expérience ! Octobre 2009 : je démarre un CAP de Boulanger  au Lycée Hotelier deDardilly. à suivre..

Ensuite :

Gratin dauph’, tartes & chaussons aux prunes, tomates et aubergines séchées, prunes et poires séchées aussi... avec un complément de soleil. En attendant un séchoir solaire à bricoler, trouvé là (p.ex.) : http://ecolib.free.fr/textes/agrialim/sechoir01.html

 

En été, le four reste tiède encore 36 heures après la fin de la chauffe !

Conclusion :

Il faut éviter d'utiliser un four à bois si on veut suivre un régime !

Par contre, si on veut se faire plaisir en cuisine, no pb…

 

Liens « ce qui se mange » :

http://vhertel.fr : le site d'un alsacien passioné ayant construit DEUX fours à pain, le premier à partir des plans de Nicolas Moussu (donc ressemblant beaucoup au mien, mais en plus beau !), le deuxième en tuileaux, plus grand, plus "confortable", superbes réalisations ! Un seul mot : Bravo !

http://enfourner.free.fr nous propose de faire notre levain (quelle aide précieuse !), des recettes de pain, de pizza, des interviews… et plein de choses concernant la gastronomie… Miam !

http://matioupi.free.fr/Recettes/Pain/Pain.htm nous montre - entre autres – comment faire le pain, avec des conseils et des vidéos détaillés, et même des vidéos accélérées du pointage ! Saisissant !

http://www.chefsimon.com : le must, la référence en technique culinaire, une mine d’infos, comment ça marche, et pourquoi on doit faire ça et pas ça…

http://www.cfaitmaison.com/pain/liens.html : une liste impressionnante de sites sur le pain, les recettes, les techniques, les fours, les forums, les moulins… ainsi que bcp de recettes « fait maison » ds d’autres domaines.

http://www.jardinsdelucie.net : Notre fournisseur préféré de légumes bio, qui emploie des personnes en grande difficulté, en travaillant aussi sur leur insertion. Un panier par semaine de légumes de saison, qui ont poussé pas loin de chez nous et sans produits de synthèse : chapeau (de paille) !

http://heatkit.com/html/bakeoven.htm : un site américain recensant de nombreux fours, dont celui de Greg, en terre, forme champignon.... Sympa.

http://mha-net.org/docs/v8n2/wildac04b.htm : une autre page - américaine aussi - sur la construction d'un four en terre, ainsi que son... découpage à la disqueuse !

http://fourpain77.blogspot.com/2008_08_01_archive.html : Le site de Nicolas Moussu a bien sûr fait d'autres émules : une belle réalisation en cours (août 2008), à voir.

http://fourapain-terrecrue.over-blog.com/ : un autre superbe exemplaire, monté sur roues et avec un toit à la "Canadienne" ; sympa, plein de photos détaillées.

http://www.lelotusbio.com/ : La boutique 100 % Bio de Séverine et Isabelle, pleine de bonnes choses est prête à vous recevoir...

Liens « divers… » :

http://jm69.free.fr : juste ma modeste page d’accueil…

http://www.chorason.net Mon nouveau groupe vocal, de chanson française jazzifiante, et pas que, avec des spectacles mis en scènes, pleins de vie, venez nous voir !! Sur le site, des infos, dates de concerts, photos et extraits audio…

http://www.manicore.com : le site de JM Jancovici, climatologue ayant la particularité de nous informer de façons claire et didactique sur le réchauffement planétaire, sur ce qui risque de nous tomber sur le coin de la figure (ou celle de nos enfants…) d’ici peu. Des heures de lecture passionnante.

Quelques fleurs, ca ne fait pas de mal... : 

Livre "Habitat groupé" : "Christian La Grange" auteur de ce chouette bouquin a jugé incontournable le fait de mettre dans ses pages une photo de mon four ! Le début de la gloire...;-)

Scoop ! Ma nouvelle activité...

... tourne autour du pain, of course, et même plus !
Après un CAP de boulanger millésime 2009-2010, cet été j'ai construit mon fournil pour démarrer en ce mois d'octobre ma boulangerie artisanale, à St Priest (69). Je propose diverses variétés de pains à basede farines bio, 100% levain naturel, façonnés à la main, cuit "dans un four chauffé avec une énergie renouvelable locale" (je vous laisse deviner ;-)
Bref, c'est par là : www.jmlepain.fr !

 

 

Page vue 107319 fois...